LES CARNETS DU YOGA- novembre 2009

Publié le 4 Décembre 2009



LES CARNETS DU YOGA – novembre 2009- n°281

Présentés par Denis BROSSIER

 

 

EDITORIAL : Quand j’entends prononcer le mot YOGA

J’ai une appréhension. Que va-t-il être dit ? Gymnastique douce, acrobaties, yoga athlétique, yoga du tricot, du piano, secte, la liste est sans fin. Certes,  il ne faut pas légiférer sur le yoga. Quoique par moment on pourrait y penser. Le net, la toile donne le frisson, que ne fait-on pas avec le yoga : manne financière, manne de pouvoir, manipuler les autres.

… L’organisation de la « rue Aubriot », un ensemble d’associations au service du yoga, a inspiré les fédérations européennes. C’est l’objet du dossier de ce mois.    

  Jean-Pierre Laffez

----

ACTUALITES : «  Une seule solution, la méditation » d’Emilie Lanez. Vu dans le Point (10 septembre 2009) par Claudine Dubois-Pellarin

Jon Kabat-Zin enseigne la « méditation de la pleine conscience » comme une technique destinée à aider les gens à surmonter leur stress, leur anxiété, leur douleur et leur maladie.

Jon Kabat-Zin, professeur en biologie moléculaire du Massachusetts Institute of Technology, pratiquait la méditation à titre privé. Il parvint à persuader ses collègues stressés d’engager des recherches sur les interactions entre corps et esprit.

Trente ans plus tard une nouvelle thérapie est née : la MBSR ( Mindfulness Based Stress Reduction). Cette thérapie est dispensée dans 200 hôpitaux américains. En clair,  il s ’agit d’une méditation qui propose « d’être attentif à l’instant présent, sans jugement et avec bienveillance ». Les psychiatres dits cognitivistes analysent la dépression comme une manière biaisée de penser : « la contrariété nous mine, on la rumine, on ratiocine, on patine, on s’enfonce ».

Les cognitivistes ont l’idée de reprogrammer le cerveau. La pleine conscience nous fait voir les pensées pour ce qu’elles sont : des constructions… qui peuvent refléter la réalité ou pas. Les études neuro-anatomiques  indiquent que la méditation développe les émotions positives et nous habitue à une acceptation bienveillante du monde, à condition que ce soit une « hygiène de vie quotidienne ». Le cortex frontal gauche se muscle avec des sensations positives et développe une aptitude au bonheur.

                                                                                             -----

LES YOGA SUTRA de PATANJALI : le chapitre de la pure conscience.

La proposition du yoga, le but ultime de la pratique sont clairement expliqués dans les quatre premiers sûtra.

Atha yoga anushâsanam

« Maintenant, le yoga va vous être complètement enseigné. »

. Atha : maintenant , la vie se déroule au présent. Quand on est prêt on rencontre la voie que l’on va suivre et le maître qui va guider nos pas dans cette voie.

. Anu shâsanam : enseigner tout ce que l’on a soi-même compris, tout dévoiler à celui que l’on sent prêt. Il y a un équilibre entre la voie du savoir, de l’expérience, qui se transmet depuis l’époque des Veda et la voie de la vie qui se déroule au présent. La Bhagavad gîtâ fait du yoga un outil de guerrier, le guerrier de l’amour et de la liberté intérieure.

Yoga citta vrtti nirodhah : » le yoga est l’arrêt des perturbations du mental. »

Mais comment arrêter les automatismes de la pensée ? Comment et sur quoi agir ?

Tadâ drashtuh svarûpe avasthânam.

« Alors la conscience profonde s’établit dans la forme qui lui est propre. »

L’être humain a émergé de l’évolution avec un privilège remarquable, une faculté unique, celle d’être conscient de sa propre conscience. Paul Valéry nous en parle de façon merveilleuse dans La jeune Parque.

Tout ce qui est perçu est converti en expérience et stocké dans la mémoire. C’est cela citta, ce mental fabriqué par l’homme et enrichi au fil du temps.

Vimala Thakar nous dit : « Notre subconscient est lourd du fardeau des mémoires du passé. » Notre relation avec la nature, la réalité, les autres est contaminée  par les mémoires, idées, théories qui s’interposent. Nous sommes tous plus ou moins éloignés de la réalité existentielle et esclaves de ce conditionnement mental et c’est pourquoi Patanjali nous parle de kaïvalya la libération.

A suivre…

                                                                                                -----

Médias  www.colibris-lemouvement.org  site du mouvement écologiste alternatif Colibris, initié en 2006 par Pierre Rabhi : de très belles paroles sur le sens du sacré.

 

Rédigé par Denis Brossier

Publié dans #YOGA

Repost 0
Commenter cet article