Restaurer la flore intestinale

Publié le 14 Septembre 2012

PLANTES ET SANTE

Juin 2012   N° 125

 

d'après un article de Aude Maillard

L’écosystème intestinal va plus loin que la fonction digestive :

 ' appareil ' car il occupe une zone bien précise dans le corps,

' système ' car il rayonne dans tout l’organisme avec un retentissement métabolique, immunitaire et même psychique et neurologique.

Les Huiles Essentielles peuvent aider ou restaurer ses fonctions.

      L’intérieur de l’intestin abrite une population bactérienne appelée microbiote ou plus communément flore intestinale ;  un millier de bactéries identifiées, issues de 400 familles différentes, colonisent nos intestins et contribuent à l’état de santé de notre corps.

Les 100 000 milliards de bactéries (soit 10 fois plus que nos propres cellules !) participent à la synthèse de certaines vitamines et acides aminés dans les différentes fonctions digestives, métaboliques, antitoxiques mais aussi dans l’équilibre du PH  et la neutralisation des acides biliaires.

Toutes ces bactéries ont un second rôle très important : entretenir le système immunitaire.

      Bactérie ! amie ou et ennemie ? La bactérie est à l’origine de tous les êtres vivants. La flore intestinale contient des bactéries (Escherichia coli) et des levures bien réparties ; flore et fermentation sont responsables de la transformation des sucres dans le côlon ascendant droit et flore de putréfactions digèrent les protéines dans le côlon descendant gauche : c’est une véritable alchimie éco-intestinale.

Dans toute cette flore, certaines bactéries sont inoffensives et d’autres plus dangereuses mais l’équilibre global et le système immunitaire font que tout ce milieu intestinal soit respecté.

Mais il y a des facteurs qui altèrent cet équilibre comme les excès de sucre, de produits laitiers, de protéines, notamment, les protéines animales et le mauvais usage des antibiotiques (que nous retrouvons désormais dans notre chaîne alimentaire et même dans l’eau du robinet !).

Des Huiles Essentielles douées de discernement 

Les propriétés antibiotiques des HE devraient s’appeler autrement car antibiotique signifie « contre le vie » or leurs molécules aromatiques ont un effet modulant par rapport aux microbes et aux anticorps. Elles ont une capacité pour reconnaître les micro-organismes et le milieu où ils se trouvent ainsi elles peuvent agir sur Escherichia Coli, responsable d’infections urinaires mais vont  l’épargner dans l’intestin ! Il en va de même pour d’autres bactéries.

Ainsi les HE riches en carvacrol, comme l’origan et la sarriette sont parfaites pour remettre en ordre la flore ; les huiles riches en eugénol (cannelle de Ceylan ou de Chine) sont des antibiotiques à large spectre ; L’HE de coriandre combine des propriétés digestives à une action antibiotique. L’estragon, antispasmodique, apporte détente abdominale tout en reconstituant la population bactérienne ; le curcuma, anti-oxydant et anti-inflammatoire assainit la paroi intestinale et apaise les inflammations.

« La flore intestinale reconstituée et le feu digestif apaisé, votre intestin va passé du mode stress au mode zen ».

      Les HE , demandant des précautions d’utilisation, vous trouverez dans la revue les dosages et dilutions dans d’autres huiles végétales pour un bon usage. 

 (disponible à la Bibliothèque de l'UCY)

        Présenté par Bernadette Guignot

 


Rédigé par UCY

Publié dans #Santé-alimentation -

Repost 0
Commenter cet article