Retrouver la sagesse

Publié le 15 Avril 2010

Les Semeurs du Vivant

Par Philippe-Yacine Demaison

 

 Revue Sources

 n° 13   

 

 

« Nous sommes appelés à nous unir à l’Unité fondamentale du Vivant,

à  l’incarner  le mieux possible, personnellement et dans une fraternité vivante. » 

 

 

 “ Ô pèlerin, néglige toutes les routes,sauf celle de l’Unité ! ”

 

« C’est la fin de l’illusion de la vie ordinaire » que le développement matérialiste de la société occidentale a imposée au monde entier. Il ne s’agit plus d’une prophétie inspirée mais d’un constat partagé par tous : « nous avons le pied collé sur l’accélérateur et nous fonçons vers l’abîme » affirme dans une récente déclaration ban Ki-moon, le secrétaire de l’O.N.U.

 

Nous ressentons l’urgence de régénérer l’état actuel de la société : de participer à un monde plus juste, plus authentique. Tout le montre, chacun l’appelle. Non pas un nouvel ordre mondial mais dans l’offre du partage équitable des richesses de notre humanité, de ses ressources, de ses savoirs, du patrimoine universel des cultures et de la spiritualité.

 

Dans cette perspective quel peut être le rôle de l’expérience spirituelle ? Elle est capitale.

C’est l’enjeu de la Conscience dont dépend l’avenir du monde – sombrer dans la matière, c’est la mort ; s’élancer dans l’esprit, c’est le passé ! L’enjeu est la découverte du lien, de l’Un, de ce qui unit la matière à la lumière.

Un point d’équilibre intérieur est à découvrir : lieu/source où nous puiserons la force de l’amour, et l’inspiration juste du changement. L’amour est la matrice de l’univers à laquelle nous sommes reliés. Elle seule contient l’information/lumière qui permet à l’homme d’être en accord avec l’énergie universelle du Vivant.

La célèbre phrase attribuée à Malraux « le XXIè siècle sera spirituel ou ne sera pas » est prophétique : dominée par la matière notre société est clairement en déficit de sagesse. L’humanité a besoin de mieux comprendre la nature réelle de l’homme pour espérer dissiper la confusion qui l’habite.

L’être humain est à la rencontre de trois dimensions : corps, âme et esprit. Ayant oublié puis nié l’interaction de ces différents aspects de nous-même, nous ne vivons plus en harmonie avec notre environnement. D’où proviennent la plupart de nos souffrances sinon de l’ignorance de nous-même, de ce que nous cachons ou refusons de nous avouer ?

« Ton intelligence en cent importantes affaires est divisée :

Ton cœur en milliers de désirs s’agite sans fin,

Unit par l’amour ces parties dispersées.

Quand tu seras devenu uni grain par grain,

Alors il sera possible de mettre sur toi

L’empreinte du sceau du Roi. »

Cf. Djâlal-ud-dîn Rumî, Mathnavî, Ed du Rocher

 

 

 Revue présentée par Dominique Bart

 

Pour plus d'informations, la revue SOURCES est à votre disposition à la bibliothèque de l'UCY.

Rédigé par Denis Brossier

Publié dans #Spiritualité-philosophie

Repost 0
Commenter cet article