L’huile d’olive l’alliée du régime crétois

Publié le 12 Novembre 2009



 

                                     QUELLE SANTE 

   Mieux consommer bio 

N° 41 septembre 2009

 

  

Revue présentée par

Dominique Bart

 

 

                          

L’huile d’olive est est parée de mille vertus !

 

L'huile d'olive est synonyme de bonne santé, les Crétois réputés pour être les plus gros consommateurs d’huile d’olive, (25 l par personne et par an) affichent une santé insolente.

  

Véritable élixir de jeunesse :

 

Elle est riche en antioxydants (vitamine E et poly phénols). Plus l’huile d’olive est amère plus elle contient d’antioxydants.

Elle a également des vertus anti-inflammatoires et aide les tissus lésés à la suite de brûlures ou de plaies à se reconstituer.

Elle affiche une forte teneur en acides gras mono-insaturés qui réduisent le taux de mauvais cholestérol tout en maintenant le bon.

Elle contient des acides oléiques qui stimulent la production de bile et assurent le bon fonctionnement de la digestion.

Elle résiste très bien à la cuisson, à condition de ne pas dépasser 180°C, c’est simple elle ne doit pas fumer, au-delà elle devient toxique.

 

Corsée, fruitée amère et ardente :

 

Elle est sélectionnée par des dégustateurs professionnels qui jugent son bouquet, sa texture et sa saveur, exactement comme pour le vin. Les meilleures huiles d’olive affichent un terroir et un millésime. Son arôme dépend du type d’olive utilisé, des conditions météorologiques précédent la récolte, du climat, de l’arrosage, de la durée d’ensoleillement, du savoir-faire du moulinier et de la maturité du fruit lors de la cueillette.

Plus l’olive est cueillie tôt, plus l’huile aura un goût amer, on parlera alors de goût fruité vert. Plus elle sera ramassée tard, lorsqu’elle devient violette ou noire, plus l’huile sera douce. On parle alors de fruité mûr.

 

Le label « extra vierge » garantit que l’acidité de l’huile ne dépasse pas 1%, alors que pour l’huile « vierge » elle peut atteindre 2 %. Méfiez-vous de l’huile d’olive raffinée dont on a supprimé l’acidité à l’aide de solvants : on l’a également délestée de tous ses antioxydants. Elle est généralement vendue mélangée avec des huiles d’olive vierge sous la simple appellation « huile d’olive »

 

L’huile d’olive « bio » est issue d’olives cultivées sans produits phytosanitaires. Dans les champs d’oliviers pas d’herbicides, les mauvaises herbes sont arrachées à la main, on y fait paître les brebis qui au passage fertilisent le sol, coté engrais juste un mélange de paille et de fumier. Dans les petites exploitations, on privilégie la cueillette au râteau qui consiste à peigner les rameaux pour détacher délicatement les olives et les faire tomber dans des filets tendus sous les arbres. C’est la solution la moins traumatisante pour l’olivier et pour ses fruits. Son seul défaut, elle est plus chère de 30 à 50 %.

 

Dès la cueillette le fruit est pressé rapidement pour que l’huile soit moins acide, le processus d’extraction mécanique est le même que l’huile soit bio ou conventionnelle, aucun produit chimique n’est autorisé. Deux techniques coexistent : l’extraction à froid et la pression à froid. Attention la mention « première pression à froid » ne signifie plus grand chose puisque la deuxième pression à chaud effectuée autrefois n’existe plus ! Le terme à froid signifie que tout au long de l’opération la température n’excède pas 27°.

 

Dans le cas d’extraction à froid, le processus est entièrement mécanisé : les olives rincées et calibrées à la machine sont broyées au marteau et passées à la centrifugeuse.

 

En bio, on préfère la méthode classique du pressage, le broyage est réalisé sur une vraie meule en granit, la pâte tassée dans des paniers filtres « les scourtins », (Ces étranges paillasses circulaires étaient fabriquées avec des matériaux très divers : tiges d’alfa, fibre de coco ou d’aloès, chanvre. Dans les moulins provençaux, on utilisait des cabas en alfa, herbe originaire d’Afrique du Nord. Les tiges d’alfa ne communiquent pas de mauvais goût aux huiles car leur surface est vernissée. Elles retiennent ainsi peu de matières grasses. Aujourd’hui les scourtins sont en nylon.) est ensuite lentement mise sous presse. Après filtration sur papier, une décantation pour éliminer l’eau de végétation des olives, et le précieux liquide est mis en bouteille.

 

 

A savoir : les athlètes grecs se massaient à l’huile d’olive pour améliorer l’élasticité de leurs muscles.

Grâce à sa teneur en antioxydants et en vitamine A mais aussi à son pouvoir hydratant, l’huile d’olive retarde le vieillissement,

fortifie les ongles et les gencives,

embellit la peau et les cheveux.

Et petite astuce, une goutte d’huile d’olive et votre vieux mascara tout sec sera comme neuf !

 

 

Recette de beauté pour une chevelure de déesse grecque

Homogénéisez le mélange (1 jaune d’œuf, 1  c à s d’huile d’olive, 1 c à c de bière, 1 c à c de jus de citron) au batteur et massez vos longueurs et pointes avec la préparation, gardez ce masque 20 mn, rincez longuement à l’eau tiède, effectuez votre shampoing habituel, terminez avec un jet d’eau froide vinaigrée.

 

Test (ces avis sont subjectifs et ne sont pas établis sur des tests à grandes échelles) : les huiles d’olive bio plébiscitées sont : Benso (olives récoltées dans les Abruzzes en Italie et pressée à l’ancienne), Vigean (olives récoltées en Andalousie en Espagne), Bio Planète et Bjorg (provenance des olives non indiquée).

Rédigé par UCY

Publié dans #Santé-alimentation -

Repost 0
Commenter cet article