Réchauffement climatique 39,2° C le matin

Publié le 9 Février 2010



Quelle santé

N°44 -  décembre 2009

 

Revue présentée par Monique Guillin

 

 

 

 

La terre s'embrase. Les experts annoncent des millions de réfugiés climatiques, la disparition des phoques et des ours polaires, des populations entières décimées par la sécheresse, les ouragans et les cyclones... Et passent sous silence l'impact du changement climatique sur la santé humaine.

 

« Les phénomènes météorologiques catastrophiques, les variations du climat qui perturbent l'approvisionnement en nourriture et en eau, les caractéristiques nouvelles de flambées de maladies infectieuses et les maladies émergentes liées à la modification des écosystèmes, sont autant d'éléments associés au réchauffement de la planète qui engendrent des risques pour la santé. » disent les experts du Forum humanitaire mondial.

Sous nos latitudes, l'une des conséquences tangibles est l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur. « Les personnes âgées sont celles qui courent le plus de risques de décéder d'un coup de chaleur et de problèmes cardio-vasculaires, rénaux, respiratoires et métaboliques » précise l'OMS.

Les experts prédisent des inondations hivernales plus nombreuses et des inondations côtières. Outre les noyades et les crises cardiaques, les maladies infectieuses risquent de se multiplier. Autre signe que le climat nous rend malade : l'apparition de maladies jusqu'alors tropicales véhiculées par des insectes ou des moustiques qui migrent vers le nord.

Allergies, maladies respiratoires et infectieuses dues à la pollution à l'ozone toucheront surtout les enfants (OMS)  les personnes âgées et celles qui sont déjà fragiles.


Peut-on encore dévier la trajectoire ?


Tous les espoirs sont permis si tout le monde s'y met, les experts de santé et les politiques, en leur donnant les moyens... et les particuliers en devenant éco-citoyens (utilisation de produits biologiques, limitation des transports, privilégier la marche et le vélo permet de réduire les émissions de carbone, d'augmenter l'activité physique et de lutter par ricochet contre l'obésité, les maladies cardiaques et le cancer, réduire les traumatismes et décès liés aux accidents de la route,  construction de maisons passives, récupération des eaux de pluie...), car ce qui est bon pour nous l'est aussi pour la Terre. On a trop souvent tendance à l'oublier.

 

 

 

Rédigé par Denis Brossier

Publié dans #Environnement-écologie

Repost 0
Commenter cet article

Néoliane Référence 22/03/2013 12:45

Bonjour
On nous montre plusieurs types de solution pour lutter contre le réchauffement climatique mais moi je dis que le mal est fait. On aurait du mal à revenir en arrière.