Profiter des plaisirs minuscules

Publié le 8 Septembre 2010

Plantes & santé

 

N° 104 Juillet-août 2010

 

Revue présentée par Monique Guillin

 

Une autre forme de yoga,  l'attention !

 

 

 

Toujours à portée de main mais si simples

qu'on peine parfois à les remarquer,

les plaisirs minuscules sont comme

des petits cailloux semés sur le chemin :

s'arrêter pour les ramasser,

coquelicot.jpgc'est se laisser guider vers l'essentiel...

 

Ils sont ancrés au cœur du réel et pourtant ils demeurent indicibles parce que cachés dans l'infime, dans le temps suspendu. Ils ne provoquent pas d'émotions violentes, et seul le poète parvient parfois à en saisir l'essence et à en faire résonner l'écho...

Ces plaisirs-là creusent en effet un chemin qui nous relie aux choses essentielles, lesquelles, selon Tagore,« sont toujours simples ».

 

 

Un lien entre intérieur et extérieur

 

Merveilleux outils d'ancrage dans le réel, les plaisirs simples sont une passerelle entre le dedans et le dehors : ils permettent à la fois d'entretenir notre présence au monde et à son ressenti. Accueillir les plaisirs simples, c'est se rendre disponible à tout ce qui vibre autour de soi, à chaque instant, en se laissant guider par des sensations : la caresse d'un rayon de soleil sur la peau, un coquelicot surgissant de l'asphalte d'un parking, le souffle du vent dans les branches d'un arbre, l'odeur des prés fauchés ou d'une tasse de thé fumé...

 

Devenir attentif au réel

 

Qu'on les laisse surgir au hasard du quotidien ou qu'on les entretienne à la manière de petits rituels, les plaisirs minuscules peuvent devenir les catalyseurs de prise de conscience, des outils pour se rapprocher de sa vie intérieure. Le docteur Bach  revenait souvent sur la nécessité d'être à l'écoute de cette vie-là. Ses élixirs de fleurs qui visent à soutenir le dialogue entre le corps et l'esprit, permettent d'approfondir ce lien de soi-même à soi-même. Ils permettent de lever certains obstacles émotionnels qui empêchent de goûter l'évidence des plaisirs simples : le manque d'intérêt pour le monde extérieur ou pour son existence actuelle est souvent l'un de ces obstacles.

L'élixir de clématite favorise le retour à ce qui est présent autour de soi, dans sa vie du moment. En association, l'élixir de corail rouge renforce la présence au réel. L'élixir de marronnier blanc pourra aider à sortir du cercle des pensées qui tournent en boucle et à trouver cette sérénité intérieure qui favorise la réceptivité aux plaisirs minuscules.

 

Se détendre et ne pas attendre

 

Vivre dans l'attente, quelle qu'elle soit, a tendance à limiter notre champ de vision et nous empêcher d'accéder aux petites joies de l'existence. Quand elle est entretenue par des envies inaccessibles, elle nous fait passer à côté des plaisirs les plus simples... L'élixir de houx est ici utile pour aider à « penser » avec le cœur et se réjouir du bonheur des autres.

La tendance à l'idéalisme excessif est une autre source d'insatisfaction permanente. L'élixir de campanule d'Allioni permettra d'adapter ses ambitions à ses possibilités et à son environnement.

Enfin, la recherche constante de la perfection est une autre forme d'attente qui coupe du présent et de tout ce qu'il peut offrir. L'élixir de pin est recommandé, il permet de prendre plaisir à ce qu'on fait, d'en savourer les fruits et donc de rester ouvert aux bonheurs simples qui, l'été, ont peut-être le goût d'une pêche bien mûre, la senteur de la mousse, la musique d'un ruisseau...

 

Samuel Socquet et Alain Tardif

Rédigé par UCY

Publié dans #YOGA

Repost 0
Commenter cet article