Plantes et émotions - Ne plus avoir honte

Publié le 7 Juin 2011

 

Plantes & santé

N° 111 mars 2011

 

Revue présentée par Monique Guillin


 

d'après un article de Benoîte Taffin,  

avec Béatrice Rawson, thérapeute spécialiste des fleurs du bush australien.

 

La honte est un sentiment universel dont l'origine est variable en fonction des sociétés et des époques. Cependant, quand elle est liée à des humiliations subies, elle devient pathologique et empêche le sujet de construire sa vie.

 

Dans une certaine mesure, la honte est un sentiment socialement utile car elle agit comme un signal face aux limites à ne pas dépasser. Mais la honte n'est positive que dans la mesure où elle permet de respecter l'autre sans nuire à sa propre identité.

En effet, la honte devient pathologique lorsqu'elle s'accompagne d'un sentiment d'indignité. Le sujet honteux ressent alors deux émotions puissantes et destructrices : d'abord la peur, celle de l'autre et de son jugement – inévitablement anticipé comme négatif - puis de la colère face à l'injustice subie. Cette colère ne peut s'exprimer car le sujet honteux considère le rejet d'autrui comme légitime, alors que lui seul se sent inférieur ou donne à l'autre le pouvoir de l'humilier.

  

Bien souvent, la honte pathologique est associée à la sexualité et à un problème de représentation de son image corporelle. Elle est difficilement identifiable car elle est rarement engendrée par un événement concret. Elle ne naît pas du fait d'avoir mal agi, mais dans l'impression plus générale d'être indigne en tant qu'être humain. C'est pour cette raison que la honte s'accompagne souvent d'une grande solitude car le sujet honteux aura tendance à fuir les contacts humains.


Des origines lointaines

La honte naît d'un sentiment d'humiliation. Elle est le résultat d'un parcours personnel. Elle peut venir d'une histoire familiale dont le sujet n'a pas forcément conscient, car taboue... Elle peut prendre racine dans une représentation parentale négative (absence, situation d'échec, alcoolisme...) ou être la conséquence d'un manque d'amour (ne pas avoir été désiré, être né de façon illégitime, sentiment d'abandon, de violences physiques ou verbales. En bref, toute situation où l'enfant s'est senti humilié et n'a pu exprimer sa colère qu'il a alors retournée contre lui.


Dédramatiser son ressenti

Pour arrêter l'engrenage, il faut d'abord parvenir à identifier son malaise comme étant de la honte afin de pouvoir exprimer sa colère face à l'injustice subie. L'échange verbal est très important...

Pouvoir partager sa honte l'amoindrit car on découvre que les autres aussi connaissent ces émotions. Il est alors possible de dédramatiser son ressenti et de rétablir le lien avec autrui.

  



Elixirs floraux

Le pommier sauvage (Fleurs de Bach) est l'arbre de la honte par excellence. Serait-ce parce que dans l'inconscient populaire, le fruit défendu est assimilé à la pomme ? En tout cas, l'élixir du pommier sauvage est utile dans le cas où le sentiment d'être intérieurement ou extérieurement souillé prédomine.


Certains élixirs réalisés à partir de fleurs du bush australien  peuvent aussi répondre de façon très précise à ce sentiment ancestral...

  • Si la honte entrave fortement la sexualité, car elle est associée à une mauvaise image de soi et surtout de son corps, l'élixir de Billy Goat Plum  est alors très utile.
  • Quand la honte est en rapport avec la famille et les tabous, à des schémas familiaux très forts, c'est l'élixir de baobab d'Australie  qui est recommandé. Il peut être utile pour effacer des schémas familiaux négatifs.
  • Si les difficultés sont davantage ressenties dans la vie professionnelle,  le mélange Confid Essence  va aider à retrouver la confiance en soi et reprendre l'initiative.
  • L'isopogon  est quand à elle, la fleur de la mémoire mais aussi celle qui permet d'accepter que les échecs ne soient pas honteux, mais bien au contraire constructifs, et qu'ils permettent d'évoluer.

 

  

Pour aller plus loin :

Les élixirs floraux  : Qu'est ce que c'est ?

Se soigner par les fleurs n'est pas un phénomène récent. Les aborigènes d'Australie les ont toujours utilisées pour soigner les problèmes émotionnels   et il en était de même dans l'ancienne Égypte. C'était également une pratique très répandue au Moyen-âge. Au XVe siècle, Paracelse a décrit comment il recueillait la rosée sur les plantes en fleurs, la diluait et employait la solution ainsi obtenue pour soigner les déséquilibres.

 

Cette méthode thérapeutique a été redécouverte il y a soixante ans par le Dr. Edward Bach à partir d'espèces provenant de la floreanglaise. Les élixirs floraux du Bush Australiensont la création de Ian White, un naturopathe australien qui dans les années 1980 s’est inspiré de la méthode du Dr. Bach pour élaborer des élixirsà partir de fleurs sauvages.

 

La flore australienneest la plus ancienne et la plus variée de la planète. Elle possède à la fois la beauté et la force. De plus, l'Australie est une région du globe relativement épargnée par la pollution et, du point de vue métaphysique, elle possède une énergie très ancienne remplie de sagesse.

Ces élixirs floraux qui contiennent la force et la beauté intérieure des fleurs  ainsi que l’énergie et la sagesse de cette terre :

  • Agissent comme des catalyseurs pour effacer les blocages qui nous empêchent d’accéder à notre Moi supérieur et dissiper nos croyances négatives.

  • Nous donnent le courage, la force, la volonté et l’enthousiasme nécessaire pour poursuivre et réaliser nos rêves et nos buts, et notre plein potentiel.

  • Nous aident à développer notre intuition, estime de soi, spiritualité, créativité et gaieté.

  • Ont la particularité de libérer les couches d’émotions bloquées qui correspondent au problème auquel nous devons faire face.

 

 

Rédigé par UCY

Publié dans #Santé-alimentation -

Repost 0
Commenter cet article