L'importance des "mouvements pensés"

Publié le 23 Août 2012

 

Les Carnets du Yoga

N° 278 - Juin 2009 

Jean-Pierre Laffez 

 

 "Les mouvements pensés" permettent une découverte intime du corps et une amélioration du schéma corporel.

 

  Le geste conscient

le geste conscient développe l'attention et la concentration. Un exemple en savasana, position allongée ou assise confortable. Prendre conscience d'un ressenti, d'un contact global avec l'un ou l'autre des bras ou les deux ensembles. Sans perdre cette conscience, mettre en mouvement le ou les deux bras en restant le témoin du ressenti. le rythme du mouvement facilite le recentrage.

 

La respiration consciente non dirigée

C'est un acte naturel. Un exemple : Centrer l'attention à l'entrée du nez, là où se manifeste le contact de l'air, la respiration est le support de la concentration. Elle est ici consciente et réflexe, sans aucune intervention sur son mouvement.

 

Geste conscient et souffle

Cette pratique fait découvrir les fonctionnements musculaires et puis articulaires, puis des fonctions plus subtiles qui peuvent se répercuter sur les manières de conduire sa vie. exemple : Ayez conscient de la respiration réflexe et du mouvement du bras, le laisser s'élever quand vient l'inspiration, se laisser porter par le souffle et revenir guidé par l'expiration. Découvrir qu'il est possible de doser l'effort. Agir selon ce qui convient ni plus, ni moins.

 

Mentaliser le mouvement

Les mouvements pensés permettent une découverte intime du corps et une amélioration du schéma corporel. Ceci développe la concentration, le mouvement devient de meilleur qualité. exemple : Rester présent au bras et à la respiration, dans l'immobilité, revivre les sensations, comme si le bras se déplaçait dans l'espace. Revivre un mouvement comme s'il était fait, permet d'apprendre des enchainements, des postures plus complexes et découvrir par soi-même bien d'autres effets sur sa vie.

 

L'immobilité imposée chez certains malades

L'immobilité provoque une atrophie musculaire et la perte de tout ou partie du schéma corporel... Les physiologistes ont remarqué que les épreuves imaginées provoquaient des accélérations cardiaques, respiratoires, avec augmentation des échanges gazeux et de la tension artérielle. La représentation mentale d'un acte moteur chez des malades atteints de lésions cérébrales graves n'attaquant pas l'intelligence, mais ayant pour conséquence des troubles moteurs, améliore sa réalisation... D'une façon pratique, on propose une répétition avec le membre non atteint. Puis on passe au membre malade, avec explications et précisions pour l'exécution des mouvements imaginés en utilisant si nécessaire la suggestion de la sensation...

 

Ces mouvements imaginés sont aussi indiqués chez les biens portants ; ce principe est utilisé par les disciplines visant à provoquer une modification de la conscience, et l'entraînement des sportifs... Ce moyen permet d'apprendre, de retenir des enchaînements, et bien d'autres découvertes.

 

"Là où la pensée va, l'énergie va"

Roger Clerc (yoga de l'Energie)

 

Présenté par Monique Guillin

 

Pour aller plus loin :

Yoga de l'énergie, les essentiels : Mouvements préliminaires ; mouvements de Naropa.

De Marie Jeanne et Jean Pierre Laffez

 

 

 

Rédigé par UCY

Publié dans #YOGA

Repost0
Commenter cet article