Nouveaux yoga : fun, sport, art de vivre, gymnastique ?

Publié le 4 Décembre 2013

Santé yoga

N°144 novembre 2013

 

 

D’après un article d’Isabelle Clerc


Avec 250 millions d’adeptes dans le monde, le yoga est devenu un business : Boby-Yog, Aqua Yoga, Puma yoga, Forrest yoga, Yogalates, Fly Yoga, Bikram, Power …et encore…les formes de yoga se sont multipliées et diversifiées.

 

AVT_Eva-Ruchpaul_3624.jpegLa journaliste s’est entretenue avec Eva RUCHPAUL, l’une des pionnières du yoga en France, à propos de ce phénomène.

Que pensez-vous du déferlement de toutes ces nouvelles formes de yoga ?

Eva Ruchpaul explique que les civilisations sont aux prises avec les phénomènes dus au nombre :

seule la quantité compte ; par exemple dire combien on a d’élèves qu’il s’agisse du yoga ou d’autre chose.

On assiste aussi à une forme de panurgisme : on court où tout le monde va ; l’information est manipulatoire avec la puissance des médias par exemple, sans oublier le mercantilisme endémique.

Cette fièvre d’expansion est-elle nouvelle ?

D’après Eva Ruchpaul les poussées cycliques sont banales, sans lendemains ; il n’y a pas de stabilité dans la clientèle. Qui se rappelle la vogue des Tantras dans les années 70, ou encore l’Aérobic de Jane Fonda ? Elle pense que ces nouveaux yoga suivent les mêmes traces.

Pourquoi ces lubies mystico gymniques s’appellent-elles yoga ?

Parce que le terme « yoga » est vendeur actuellement. Le phénomène américain se fera-t-il une place en France ? Pas sûr car l’implantation aux Etats-Unis est déjà en voie de décadence.

Quel est aujourd’hui, dans le monde, le sens du yoga ?

Eva Ruchpaul répond que le yoga enclot dans ses multiples formes une expérience comprenant un ‘exercement‘ personnel, basé sur les données concrètes somatiques, en tout premier l’aisance respiratoire. Cet ‘exercement’ demande de la constance, une régularité soutenue, une totale absence de recherche de performance et une acceptation modeste des transformations possibles. Ce qui sévit aux Etats-Unis ne pourra pas s’implanter durablement chez l’Européen.

Et quel est le sens du yoga ‘à l’américaine’ ?

Eva Ruchpaul dit qu’il est de chercher la contrainte punitive pour expurger le ‘mal’. Se violenter, exsuder les poisons, et sortir purifié. Ce sont en fait de vieux relents masochistes venus de déformations des religions judéo-chrétiennes.

Et ‘Ahimsa’ la non-violence indienne, où la met-on ?

 

Eva Ruchpaul a écrit plusieurs ouvrages sur le yoga ; vous en trouverez quelques-uns à la bibliothèque de l’UCY.

 

Proposé par Christiane Delabre

 


Rédigé par UCY

Publié dans #YOGA

Repost 0
Commenter cet article