Manger vivant et à l'instinct

Publié le 11 Avril 2011

 

              Santé Yoga

                N° 115 - mars 2011

 

           Présenté par Monique Guillin

 


 

Par Laurence Pinsard

 

b6b-fruits-legumes-algerie.jpgLa nourriture a, elle aussi, sa vérité. Notre corps réagit aux nourritures absorbées. De nos jours, de nombreuses maladies sont déclenchées par notre alimentation dans un environnement qui ne rend pas facile les bons choix alimentaires. Il s'agit de faire le tri en connaissance de cause pour trouver les aliments et la façon de les manger qui nous conviennent.    

En occident, nous ne savons plus ou pas encore très bien nous nourrir. Ce qui est une cause de maladies. Mais nous sommes en train d'apprendre comme en témoigne la foison de publications concernant la détoxification et l'alimentation. La politique s'y met elle aussi   qui a décidé de faire la peau à la mal bouffe en nous sensibilisant au « risque alimentaire ».

 

Un proverbe chinois enseigne que

« l'alimentation est une médecine et la médecine passe par l'alimentation »

Hippocrate rappelle

« que tout aliment soit ton médicament »

 

Tout d'abord, nous mangeons trop. Soumis et sensibles à la suggestion extérieure, nos goûts sont déformés et certains de nos besoins ont été créés de toute pièce. « ... le mangeur contemporain se trouve pris entre deux feux. D'un côté, les incitations consuméristes, de l'autre, sous couvert du  nutritionnellement correct, une morale délivrée par le corps médical et les autorités publiques : une demi-heure tu marcheras, des légumes tu mangeras. De quoi devenir fous. »

Et pourtant, il est possible de manger sainement et joyeusement, en faisant plaisir autant au corps qu'à l'esprit, sans oublier les sens... Faire des choix alimentaires, manger en conscience tout en satisfaisant ses papilles, cela s'apprend. Sans tomber dans les excès, soyons conscients du fait que nous devenons ce que nous mangeons.

 

L'alimentation pathogène

 

Dans la préface de la dernière édition du livre du Dr Jean Seignalet, « l'Alimentation ou la troisième médecine », le professeur Henri Joyeux liste plus de 100 maladies directement liées à l'alimentation.

Graisses saturées, sucres raffinés, additifs alimentaires, produits animaux dopés aux hormones stéroïdes et soignés aux antibiotiques, végétaux bourrés de produits phytosanitaires sont autant de perturbateurs des systèmes endocriniens et immunologiques. Une bonne part des maladies contemporaines pourrait avoir pour origine cette alimentation...

 Pour Claude Fisher, l'alimentation industrielle pose également un problème d'identité. « Comment savoir qui je suis,

si je suis ce que je mange mais ignore

de quoi ce que je mange est fait ?.. »

souligne ce sociologue pour qui rien ne vaut une connaissance directe du produit et du producteur...

 

La question du bio

 

Le bio est aujourd'hui de plus en plus consommé et mieux distribué. Il est à la hausse  et plus de 4 français sur 10 en sont consommateurs. L'argument économique avancé par certains ne tient que si l'on consomme de la même manière « qu'en conventionnel », en achetant des plats tout prêts, en basant son alimentation sur des aliments carnés. Or le consommateur bio aime en général faire lui-même sa popote et il a souvent une forte tendance végétarienne.


« On dit que le type de nourriture que nous cherchons reflète le niveau de développement de notre conscience »

avance Géraldine Lethenet, auteur de « Yoga, énergie, alimentation ».


En France, parler d'un régime qui exclut les protéines animales provoque sinon un tollé, du moins beaucoup de doutes. La plupart des médecins français et des diététiciens ont des notions très limitées sur le végétarisme... Depuis quelques années, les mentalités évoluent. Les livres de recettes et les restaurants végétariens sont de plus en plus nombreux...

 

La viande, difficile à digérer

 

Les recherches médicales démontrent de plus en plus clairement le lien direct entre certaines maladies et le fait de manger trop de viande.

La trop grande longueur de l'intestin humain est à l'origine de la putréfaction des aliments d'origine animale dans le corps, cela déclenche peu à peu une intoxication chronique de l'organisme par acidification excessive des tissus du tube digestif... L'excès d'acides gras saturés et de cholestérol favorise l'apparition de maladies cardiovasculaires. Les scientifiques constatent d'ailleurs une augmentation de celles-ci et des cancers depuis l'après-guerre. Or c'est depuis cette période que notre consommation a été multipliée par quatre.

 

Une industrie barbare et polluante

 

      L'élevage mondial émet plus de gaz à effet de serre que la totalité des transports humains.

      Le bétail est nourri avec du soja transgénique en provenance d'Amérique du Sud où celui-ci remplace les cultures vivrières locales, menaçant les populations de famine et l'Amazonie de disparition.

Sans compter la barbarie sans nom de l'élevage industriel : animaux parqués, petits séparés de leurs mères, mutilation des bêtes...

 

Une approche vibratoire et énergétique

 

Nos aliments véhiculent des énergies subtiles qui nourrissent nos organes et nos corps énergétiques, influençant nos émotions, nos pensées, nos comportements et notre santé.

Ce n'est sans doute pas un hasard si dans de nombreuses traditions, frugalité et végétarisme sont à l'honneur.

       Le taoïsme considère la chair animale comme énergétiquement faible.

      Dans les monastères zen du Japon, la « cuisine pour la pratique » est végétarienne et raffinée.

      En Inde, swami Sivananda disait :

« Le mental est constitué par la partie la plus subtile des aliments ;

si ceux-ci sont impurs, le mental devient impur ».

      Le régime du yogi est par tradition, un régime lacto-végétarien composé de céréales, légumes, fruits, légumineuses, noix et graines... Le principe premier de yama étant ahimsa (non violence), il va de soi que pour un yogi, consommer un aliment qui nuit à la vie d'une autre créature vivante est contradictoire avec sa démarche.

       Le Mahatma Gandhi va plus loin en affirmant que

« le progrès spirituel exige de nous que nous cessions de tuer les autres

êtres vivants pour nos besoins corporels »


Les choix alimentaires un choix personnel


« S'il est vrai que, pour les yogis, les choix alimentaires ne peuvent être anodins,

sans doute est-il préférable d'opérer un choix personnel éclairé et juste

qui tienne compte de la personne que nous sommes

et qui porte en lui les germes d'évolution à venir »

 Isabelle Calkins dans un article publié sur ww.yogamassala.com.

 

L'alimentation vivante : était pratiquée il y a plus de 2000 ans par les Esséniens qui pouvaient vivre jusqu'à 120 ans... C'est un mode de vie qui se rattache à un mouvement plus vaste, le crudivorisme dont les objectifs sont de favoriser l'élimination des déchets accumulés dans l'organisme, prévenir certaines maladies ou en alléger les symptômes et vivre plus longtemps en bonne santé.

 

La germination est le processus par lequel une graine produit son embryon et donne naissance à une nouvelle plante. Elle se produit à l'humidité et à l'abri de la lumière... En bref, la germination est une usine de pré-digestion et de fabrication de nutriments.

 

à lire :

-  Yoga, énergie, alimentation de Géraldine Lethenet, éd. Anagramme

-  Naturopathie et yoga, de S.M. Hamsananda, éd. Albin Michel

-  L'Alimentation ou la 3ème médecine du Dr Jean Seignalet, éd. de l'Oeil,

-  Mes ordonnances alimentaires, comment bien se soigner par l'alimentation, de Laurent Chevalier, éd.  Les Liens qui Libèrent

 

 

Bientôt à la bibliothèque de l'UCY :

- l'Art de cuisiner sain - Claude Aubert - Ed. Terre Vivante

 


Rédigé par UCY

Publié dans #Santé-alimentation -

Repost 0
Commenter cet article