les risques du système OGM

Publié le 1 Décembre 2012

 

 

Plantes et Santé

n° 129 - novembre 2012

 

D'après un article de Claire Lecoeuvre

 

Petit rappel historique

La première plante génétiquement modifiée (PGM) date de 1983.

Ensuite a suivi la mise sur le marché d’une plante transgénique de tabac en Chine en 1990. Puis apparaît la culture à grande échelle de tomates OGM aux Usa en 1993.

Aujourd’hui les OGM sont principalement utilisés dans l’agriculture et la médecine (vaccins et insuline).

Après une explication sur la transgénèse et la technique des OGM l’auteure montre les limites de ce système.

Incertitudes sur la santé

La modification des gènes des plantes que l’homme mange affecterait l’Adn humain. Pour les herbicides on ne connait pas les conséquences sur l’individu qui les consomme à travers la plante. Les tests qui montrent la non nocivité des OGM sont remis en question.

La contamination de l’environnement

Il commence à y avoir des résistances au niveau des insectes.

Les herbicides entrainent une détérioration des sols.

Les OGM ne favorisent pas la diversité.

La dispersion des pollens contamine les autres plantes et on assiste à des croisements avec des plantes sauvages.

Enfin certaines plantes deviennent envahissantes.

Un système marchand et inégalitaire

 Ce sont les mêmes entreprises qui fabriquent les plantes OGM, les herbicides et les insecticides et l’utilisation de ces 2 derniers augmente de nouveau.

Ce système favorise la monoculture intensive sur de grandes surfaces au lieu de faire une rotation des cultures. Pour les paysans le coût est élevé puisqu’ils doivent acheter chaque année des semences aux industries. 

Il est bon de rappeler que chaque année 1.3 milliard de tonnes de nourriture est gaspillée dans le monde.

 

Cet article offre de bonnes explications sur la fabrication des OGM et rappelle ce qu’est la transgénèse. Il explique aussi les limites de cette technique et la sous évaluation des risques par l’Union Européenne. Il nous informe de ce qui est arrivé en Argentine, et nous permet de savoir aussi quels pays utilisent ce type de production, combien d’hectares sont cultivés, et combien d’agriculteurs pratiquent ces cultures dans le monde. A-t-on vraiment besoin des OGM ?

 

Proposé par Christiane Richet

 

Revue disponible à la bibliothèque de l'UCY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par UCY

Publié dans #Environnement-écologie

Repost 0
Commenter cet article