Le yoga, des pratiques diversifiées

Publié le 30 Avril 2014

Journal du YOGA

n° 148  mars 2014

par Céline Chadelat. 

 

point de vue de Raphaël VOIX. 

Ethnologue, chargé de recherche au CNRS, Raphaêl Voix enseigne l’histoire du yoga dans différentes écoles de formations d’enseignants de yoga. Il dresse un panorama inattendu du yoga contemporain. Un foisonnement de pratiques qui témoigne d’un monde abritant finalement autant de yogas qu’il compte de yogis et de yoginis.

 

JDY : que nous apprend le succès du yoga sur le monde contemporain ?

 Raphaël VOIX

6dff65fd76039438277d796c36f648f5-photo_rvoix.jpg

… le succès du yoga dans nos sociétés – et surtout du hatha-yoga – est qu’il répond à des besoins qui paraissent relever de registres différents : le besoin de santé et de bien être d’une part et celui de sens ou de spiritualité d’autre part.

Beaucoup de gens viennent au yoga d’abord pour des problèmes de santé (mal de dos, etc…) ou de stress. Le yoga permet souvent d’y répondre de manière efficace.

D’autres cherchent dans le yoga davantage une voie spirituelle, un chemin vers une plus grande paix intérieure.

Mais ces deux aspirations ne sont pas antinomiques, il est aussi légitime de se soucier de sa forme physique que de souhaitez méditer ou vivre de manière plus sereine. Or le hatha-yoga permet de répondre à ces besoins différents car il envisage l’humain dans toutes ses dimensions.

L’autre raison sans doute qui fait le succès du hatha-yoga dans nos sociétés est qu’il n’impose aucune idéologie ou philosophie particulière.

Il est avant tout une pratique, une discipline. Tout le monde peut donc l’adopter indépendamment de ses opinions. Cela correspond très bien à nos société dans lesquels nombre d’individus sont sortis des systèmes doctrinaux des religions établies et cherchent du sens par eux-mêmes à partir de leurs propres expériences vécues.

JDY : Le yoga nous révèle un individu étonnamment ouvert à l’autodiscipline et au perfectionnement de lui-même…

R.V.

Il est vrai que le yoga s’inscrit d’abord dans une démarche individuelle. Il s’est d’ailleurs longtemps transmis dans le cadre d’un enseignement exclusivement individuel. L’idée de transmettre le yoga dans le cadre de cours collectifs est nouvelle. On n’en a pas de trace avant le début du XXème siècle. Dans ce cadre l’enseignement n’est pas vraiment personnalisé. Même si certaines écoles de hatha-yoga privilégient bien entendu l’adaptation individuelle, le rythme de la séance et le programme restent collectifs. Des traditions nées en France.

JDY : Les Etats-Unis ont-ils joué un rôle dans cette diffusion du yoga ?

R.V.

Le succès du yoga aux Etats-Unis est en effet très important, tant par le nombre de personnes qui le pratiquent que par le commerce qu’il génère. Il est vrai également qu’arrivent depuis quelques années en France des formes de yoga qui se sont spécifiquement développées sur le territoire américain. Pour autant, il ne faut pas sous-estimer l’ancrage historique des yogas européens.

En France, le yoga remonte sans doute à près d’un siècle : mon arrière-grand-mère faisait déjà du yoga ! Il existe d’ailleurs des écoles de yoga nées en France et qui n’ont que peu essaimé en dehors du pays. Cela est bien sûr dû à la langue, mais peut-être pas uniquement.

JDY : Y a-t-il de nouvelles formes de yoga ?

R.V.

Sans doute car le yoga ne cesse de se renouveler et de s’adapter de générations en générations…………… 

 

Proposé par Catherine Bourdichon


Rédigé par UCY

Publié dans #YOGA

Repost 0
Commenter cet article