« Le courage d'être »

Publié le 1 Mai 2013

Sources  n°21  

Janvier / Février / Mars 2013

 

 

entretien avec  Swami Veetamohananda

Propos  recueillis  par  Nadine-Shivani Des wasière


17Moine de l'ordre de Ramakrishna, directeur du Centre védantique de Gretz, près de Paris, Swami Veetamohananda expose ici la voie d'évolution spirituelle que propose le Vedanta - la pensée non-dualiste de l'Inde, qui affirme l'unité du monde et de l'être -, les principes essentiels du chemin vers soi, puis la découverte de la présence de Dieu en nous-mêmes.

Il expose comment nous sommes l'objet de conditionnements de la part de forces extérieures et intérieures, et les manipulations dont nous sommes victimes de par nos pensées, nos émotions et  nos actions. Il insiste sur la nécessité qu'il y a à s'investir au service d'autrui. Il indique aussi aux aspirants spirituels une voie de courage et de force...

Swamiji, tout le monde parle actuellement de crise : financière, économique, écologique et, bien sûr, crise sociale... Comment parler de paix, d'harmonie, de liberté, dans ces conditions ? Comment vivre d'une façon juste dans notre monde d'aujourd'hui ?

Oui, tout le monde parle de crise... Malgré toutes les réussites de la science et de la technologie qui améliorent notre vie, nous sommes frustrés et notre vie paraît vide de sens. Malgré toutes les sécurités que nous avons et la prospérité matérielle, la peur, l'anxiété, la jalousie, la haine, la colère... tous ces poisons sont là, plus intenses que jamais...

Pouvons-nous nous tourner vers les solutions du monde pour mettre fin aux déséquilibres du monde ? L'histoire humaine nous montre qu'aucun pouvoir matériel n'a jamais réussi à solutionner de manière définitive les grands problèmes de la planète ni à répondre aux grandes interrogations humaines. Les philosophies, sagesses et religions nous enseignent que le problème mais aussi la solution sont en nous-même. Non dans les livres, les discours, les savoirs théoriques, mais bien dans la connaissance réelle basée sur l'expérience personnelle.

Nous blâmons l'autre ou la société pour nos malheurs comme pour nos échecs, mais nous ignorons totalement la connaissance de nous-même, de nos mémoires souvent inconscientes, et l'ajustement de nos comportements pour notre bien-être supérieur.

Nous devons réfléchir et améliorer notre vie d'une façon adaptée au monde d'aujourd'hui, tout en nous référant aux valeurs universelles... Nous devons comprendre la racine de nos maux, savoir où nous en sommes, dans quel état d'être nous nous trouvons, pour guérir, nous libérer et non pour prendre les « médicaments du divertissement »qui feront de nous des esclaves. Nous sommes conditionnés, limités par des forces extérieures qui sont les forces cosmiques, forces sociales, forces traditionnelles et les forces intérieures qui sont le mental, les désirs et les attachements...

Lorsque l'on pense à un objet, et que se développe un désir ardent, l'inconscient vibre au niveau des objets et cette vibration attire d'autres objets, et notre conscience se situe au niveau matériel : or ce niveau disperse, divise, et nous attache et nous éloigne du Réel.  Il faut connaître un secret : lorsque la conscience est concentrée au niveau des émotions, elles nous apparaissent réelles et c'est ainsi que nous sommes affectés par les émotions... A la place, si vous dites « Jésus-Christ est mon maître », cette conscience devient  la conscience pure.

La peur et l'angoisse semblent régner en maîtres de nos jours, alimentées notamment par les médias. Comment élever notre niveau de conscience pour éviter de ne voir que les problèmes autour de nous ?

Beaucoup de gens m'expriment leurs crainte du chômage, du stress au travail, à la maison, leurs problèmes de santé... m'expliquant qu'ils n'ont pas de temps pour méditer ou répéter leur mantra. Je leur cite souvent Swami Vivekananda :

« N'ayez peur de rien. Vous ferez un travail magnifique.

C'est la peur qui est à l'origine de la misère du monde...

et c'est l'absence de peur qui, en un clin d'œil, nous apporte la sérénité ».

Nous devons comprendre les conditionnements qui nous limitent, et aussi, en parallèle, nous avons à développer notre caractère et à devenir maître de nos pensées, de nos émotions et de nos actions, afin d'éviter d'être manipulés. C'est l'âme qui contrôle, sans restriction ni réserve, le corps, l'esprit, les sens et les circonstances.

Ensuite, lorsqu'on a réussi à prendre un peu de distance avec son « petit moi », ses identifications, ses limites, il faut intégrer une cause noble, qui nous dépasse, nous oriente et stimule notre dynamisme et notre autonomie intérieurs. La première cause noble est son Soi, travailler pour la réalisation personnelle, cela seul peut nous sauver tous. Sinon le monde nous dévore en chemin.

Le Vedanta ne reconnaît pas le péché, il ne reconnaît que l'erreur. S'il existe un mot qui émerge des Upanishads, c'est le mot « courage ». Et la seule religion qui devrait être enseignée est celle du courage. Dans votre esprit faites le plein de pensées élevées et des plus hauts idéaux... Levez-vous, soyez forts ! Vous êtes les créateurs de votre propre destinée. Si le corps et l'esprit manquent de force, l'atman, le Soi Suprême, ne peut être réalisé. Nous créons nos propre chaînes, que seuls nous pouvons briser.

Ce  chemin vers Soi, avoir foi en Soi, va nous conduire à une deuxième étape, à la découverte d'une nouvelle fondamentale : la présence de Dieu en tout homme... Votre Soi est uni au Soi de tous les hommes... Par deux voies d'approche originales pour l'époque : la Présence de la divinité en l'homme, et le service de l'humanité comme acte d'adoration au Seigneur, Swami Vivekananda a exprimé des idées fondamentales pour notre époque moderne.

Chez beaucoup de gens, les émotions vont dans un sens, la vie intellectuelle dans un autre et les actions suivent un troisième chemin. Pour beaucoup, la vie spirituelle est l'intensification de l'une ou de l'autre de ces facultés. En réalité, la spiritualité est directement rattachée à l' « Esprit », le vrai Soi, le centre autour duquel la personnalité tout entière doit être intégrée.  Pour y arriver, de nombreuses voies d'approche  conduisent au but, à condition d'être suivies avec sérieux et persévérance.  Tous les yogas sont des disciplines différentes convenant à des individus différents... 

Ce dont nous avons besoin pour vivre dans le monde d'aujourd'hui, c'est l'action juste possible par les pensées justes. la pensée juste nous vient par l'amour juste. C'est lui qui nous attire, qui nous donne la force et aussi la détermination pour nous libérer de notre égoïsme, des liens qui nous attachent, et nous établir dans la sagesse et dans la paix.

La foi est supérieure à la croyance, car elle inspire la volonté vers un but ultime... Pour atteindre sa pleine dimension spirituelle, l'homme doit d'abord libérer sa volonté de toutes les limites et elle devient ce que l'on nomme en sanskrit shraddha, la foi...

Ce que j'essaie de proposer aux aspirants spirituels est donc le défi d'oser désirer le plus haut, oser être libre et développer leur personnalité intégrale. Se libérer de la peur, des frustrations et de l'égoïsme...

L'accomplissement ne vient qu'en réalisant la Réalité représentée par l'Idéal. Et ce qui transforme l'Idéal en Réalité, c'est la pratique spirituelle, la sadhana. Chaque fois que nous prions ou méditons intensément, notre conscience passe par une transformation.

Et là, dans la sadhana, commence une autre histoire, celle de l'accompagnement individuel du disciple par un maître.

 

Présenté par Monique Guillin

________________________

Pour aller plus loin :

Romain Rolland, *la vie de Vivekananda et l'évangile universel, Editions Stock

Swami Vivekananda, Les yogas pratiques, Albin Michel

Une collection de CD : « Le courage d'être », Lecture de la Bhagavad-Gita, par Swami Veetamohananda et Michael Lonsdale.

Centre védantique Ramakrishna  64, bd Victor-Hugo – 77220 Gretz-Armainvillers

www.centre-vedantique.fr

*Livre disponible à la Bibliothèque de l’UCY

Rédigé par UCY

Publié dans #Spiritualité-philosophie

Repost 0
Commenter cet article