Éveil & business : La sagesse à l' « heure digitale »

Publié le 25 Juin 2014

" le journal du yoga " 

N° 150 - Mai 2014

par Isabelle Clerc avec Céline Chadela

« Bienheureux les pauvres en esprit,car le royaume des cieux est à eux »

dit l’évangile aux versets intemporels. Peut-on être pauvre en esprit et riche en argent ? Quoi qu'il en soit, les managers ont aujourd'hui besoin de se « reconnecter à eux-mêmes ».

Pour les y aider, le père Vladimir en est venu à proposer de créer des monastères laïcs.

Et à San Francisco,  lors de la quatrième édition de la conférence Wisdom 2.0, la sagesse à l'heure digitale qui a rassemblé 1600 participants pour la plupart des décideurs, le mot-clé était : mindfulness que l'on peut traduire par « qualité de présence et d'attention » ou « pleine conscience ».

Signe des temps : plusieurs entreprises américaines comme Ford, Google, Ebay, Twitter proposent depuis quelques années à leur collaborateurs une initiation à la mindfulness. Ce thème est aussi pris en compte dans les programmes de formation continue pour les cadres dans certaines universités américaines.

La pratique de la mindfulness, qui se développe aussi en France, est en fait une adaptation laïque de techniques de méditation d'origine essentiellement bouddhiste.


 
Alain FORGET : formater des chefs d'entreprise gagnants 

alain Forget blogA 20 ans, ses interrogations métaphysiques le poussent à entreprendre une recherche qui l'amène à comprendre l'évidente unité entre les grands courants philosophiques et religieux.

A 22 ans, il rencontre son premier maître, élève de Gurdjieff et approfondit sa connaissance des textes de la philosophie non duelle.

A 25 ans, il vit dans la cathédrale de Chartres une première expérience d'éveil.

A 34 ans, il rencontre son deuxième maître, un vieil homme occidental élevé par un moine tibétain. Vivant l'ouverture de la conscience, il comprend que les philosophes et les mystiques devraient être vus comme des scientifiques ayant exploré et intégré le même état de conscience supérieur et donc comme les éclaireurs de notre évolution possible. Puis, il se rend compte qu'il est possible d'aider les autres en transmettant une énergie de conscience et de lumière accélérant l'évolution.

Alain Forget est le chef de file d'une nouvelle vague de philosophes qui ont longuement travaillé sur eux-mêmes et utilisent les outils élaborés par les maîtres des traditions.

Il a élaboré une méthode psychologique : « les quatre D » : 

Distanciation, l'attention non réactive,

Discernement, l'introspection psychologique,  

Désidentification, le lâcher prise, qui résulte de la pratique des deux,

Discrimination, profonde interrogation métaphysique.

Autant d'étapes à franchir pour faire monter son ego en conscience et ultimement lui faire voir qu'il n'est pas.

Vers un capitalisme de conscience

Nous faisons des choix perdants ou gagnants qui ralentissent ou accélèrent notre évolution.  Alain Forget entend stimuler la partie gagnante de l'ego. Et pour y parvenir, démanteler la « persona », le masque, l'unité psychologique :

« Les gens répètent en général toute leur vie les mêmes schémas selon leur logique inconsciente. Leur logique intérieure recherche des situations qui la renforcent. Quelqu'un qui a des peurs, par exemple, va trouver des situations qui renforcent ses peurs. Or, j'ai vérifié plusieurs fois qu'il est facile, en appliquant les bonnes techniques, d'extraire de nous-même un aspect neuf, qui organisera une vie plus heureuse et plus gagnante ».

L'enjeu va donc consister à reconnaître, à démanteler, et à transmuter ces dynamiques perdantes (l' « ombre », ce qui est réprimé).

Et à créer en soi un gagnant « parce que le centre de gravité sera au-dessus de l'ombre, précise Alain Forget. On va fabriquer un cavalier qui chevauche, comme Shiva chevauchant le taureau Nandi. Une structure neuve va émerger, tout un potentiel enfoui sous les strates perdantes liées aux énergies parentales non réglées ».

Forget travaille principalement avec les grands chefs d'entreprise car pour améliorer un tant soit peu la planète, mieux vaut changer les personnes qui ont le pouvoir de changer les choses. Il s'agit de passer d'un capitalisme avide à un capitalisme de conscience. De faire de ces personnes « des guerriers au cœur ouvert ». Guerriers car le business, c'est la guerre. On se bat pour avoir des marchés, contre les agressions générées par l'Etat, pour contrôler son personnel etc...

Au cœur de sa méthode : le travail sur les rêves et l'énergie qu'il envoie.

Car les rêves au travers de leur langage symbolique disent ce qui dysfonctionne et ce sur quoi l'on va devoir travailler... Ainsi, chaque mois, il voit ses élèves pour un intensif de 4, 5 jours et les conduits à rentrer dans leur souffrance refoulées.

Si ses outils thérapeutiques, qui sont décrits dans son livre, mêlent toutes sortes d'ingrédients, c'est finalement l'énergie qui fait le travail. Et ses élèves le sentent physiquement.

Selon Forget, les manifestations énergétiques sont issues de la dimension supérieure et les phénomènes de la mystique sont physiques. A la clé de ce travail qui peut prendre trois ou quatre ans : des chefs d'entreprise gagnants qui deviennent des chercheurs. Quant à Forget, il ne gagne d'argent que si les gens qu'il entraîne en gagnent. Pas de gains, pas de profits !

                                                      ________________________

 

A lire aussi dans le « journal du Yoga » de mai 2014  la suite de cet article :

Elisabeth Drukier : le besoin d'une spiritualité laïque

Lilou Macé : le bonheur fait-il l'argent ?

 

A LIRE :

      - « Comment sortir vivant de ce monde, les clefs pour accélérer votre évolution »,

        Alain Forget   www.alainforget.com

      - « J'ai perdu mon job et ça me plaît », « je n'ai pas d'argent et ça me plaît »,

« Je n'ai pas de religion et ça me plaît », Lilou Macé (Guy Trédaniel) www.lateledelilou.com

 A VOIR :

      -    www.centre-kalachakra.com

       -    www.youtube.com/  l'émission consacrée par Sagesses bouddhistes à Elisabeth Drukier.

 

Proposé par Monique Guillin

 

 

 

Rédigé par UCY

Publié dans #Spiritualité-philosophie

Repost 0
Commenter cet article