Etre heureux

Publié le 20 Juillet 2016

LE JOURNAL DU Yoga

N° 171  avril  2016

 

Chronique santé du Dr Lionel Coudron

 

Qu'est-ce que le bonheur ?

 

Cette question, qui est souvent au cœur des débats philosophiques, est également au centre de notre pratique de yoga.

 

 

En effet le yoga abaisse notre vécu douloureux et nous apporte plus de bonheurs à chaque instant, ce qui nous permet ainsi de vivre. Car si pour certains le bonheur est un but, pour nous il n'est qu'un moyen. C'est l'essence qui nous fait avancer chaque jour. Sans bonheur, nous dépérissons et tout devient plus dur. Pourtant, le bonheur est subjectif et, jusqu'à une période récente, il m'était pas vraiment identifiable à travers des structures cérébrales physiologiques.

 

L'équipe de Wataru Sato, au japon, a remédié à cela en publiant en novembre 2015, dans Scientific reports, une étude montrant que plus les personnes se sentent heureuses, plus une structure cérébrale, le précunéus, est développée.  Cela est intéressant à deux niveaux :

 

  • le premier est que ce précunéus est relié aux structures en rapport avec la conscience de ce que nous faisons. Ainsi, cela confirme bien que le bonheur se définit comme « la conscience d'être heureux ». Le bonheur n'existe que parce que nous l'identifions comme tel.

 

  • D'autre part, nous savions depuis longtemps que la pratique du yoga et de la méditation influencent la structure même du cerveau et augmente l'épaisseur du précunéus. Nous pouvons donc parfaitement dire aujourd'hui que nous avons objectivé ce que nous ressentons tous à travers notre pratique : le yoga nous aide à être plus heureux de manière stable.

 

Grâce aux images IRM du cerveau, nous savons qu'il existe bien d'autres modifications dans le cerveau lorsque nous pratiquons le yoga régulièrement :

la diminution de l'épaisseur de l'amygdale en rapport avec le contrôle émotionnel, l'augmentation de l'hippocampe en rapport avec la capacité mémorielle, l'augmentation de la matière blanche qui permet les connexions entre les différentes zones de matière grise, et également la prévention de la perte générale du volume cérébral avec l'âge.

 

Toute ces modifications structurelles du cerveau nous permettent de mieux comprendre combien notre pratique est fondamentale et se comporte comme un véritable entraînement au bonheur qui contribue à rendre nos vies plus riches et remplies.

 

Si nous pouvons par la pratique développer nos muscles, il en est exactement de même pour le cerveau, nous pouvons le développer tout autant !

 

www.yogatime.fr – www.idyt.com

 

                                                                      

            Présentée par Monique Guillin

 

 

Rédigé par UCY

Publié dans #YOGA, #Santé-alimentation -

Repost 0
Commenter cet article