Hypoglycémie : en finir avec les coups de barre!

Publié le 3 Février 2016

Plantes et Santé

Décembre 2015 N°163

 

D’après un article de Laure Martinat

 

L’apparition soudaine d’un état de fatigue, parfois accompagné d’une fringale, traduit en général une sensation d’hypoglycémie.

Cela révèle bien souvent un déséquilibre alimentaire qu’il convient de réajuster, surtout en cette saison.

 

A chaque sensation de fatigue on a souvent le réflexe d’absorber du sucre. Cet apport sucré fait monter la glycémie d’un coup ce qui entraîne des pics d’insuline, l’hormone hypoglycémiante chargée de faire entrer le sucre dans les cellules afin de ramener la glycémie à un taux normal. Dans la foulée, une autre fringale apparait …

Autre effet pervers : les pics d’insuline entraînent une grosse fatigue car cette hormone favorise l’entrée du tryptophane (acide aminé) dans le cerveau, ce qui amène une sécrétion accrue de sérotonine, une hormone responsable de l’endormissement et de la détente …

 

Le petit-déjeuner français en cause

Tirez un trait sur les baguettes et les viennoiseries beaucoup trop riches en sucres et en graisses. Favorisez des produits qui donnent la sensation de satiété et qui fournissent un apport énergétique adéquat. On peut citer le pain intégral, ou du pain complet ou du pain bis ou du pain de seigle. Préférez le pain au levain qui se conserve plus longtemps dans un torchon de coton.

Agrémentez votre plateau du matin d’un œuf, de fromage ou de tofu ; si la saveur sucrée vous manque, prenez des purées de figues et d’amande ou du porridge d’avoine.

 

Que faire en cas de crises d’hypoglycémie ?

Une collation est recommandée à condition de bien la choisir. La compote est un bon choix ; laissez des morceaux lors de sa préparation car la digestion sera plus lente et l’apport énergétique plus progressif qu’une compote mixée. Vous pouvez ajouter des cerneaux de noix et de la cannelle qui limite les fringales. Si la faim est plus importante, ajoutez un fromage blanc, un verre de lait de soja et des figues séchées.

 

Si votre coup de fatigue survient dans l’après-midi mettez les protéines à l’honneur à votre repas de midi.

Préparez une assiette de lentilles, quinoa, pois chiche, petits pois et carottes au cumin. Les protéines sont importantes car elles favorisent la formation de dopamine et de noradrénaline, deux hormones qui vous permettront de rester plus alerte.

 

La sieste ?

Lors de ces coups de pompe n’hésitez pas à faire une petite sieste de quinze à vingt minutes ou prenez l’air quelques instants.

 

L’hypoglycémie réactive

Si votre fatigue s’accompagne de sueurs, tremblements, palpitations, anxiété qui surviennent deux ou trois heures après un repas, vous souffrez peut-être d’hypoglycémie réactive, souvent liée à une sécrétion excessive d’insuline en réponse à un repas riche en sucres.

Pour la prévenir, privilégiez trois repas par jour avec dans l’intervalle des collations afin d’éviter une période de jeûne trop longue. Limitez le sucre, les boissons alcoolisées sucrées et les nectars de fruits.

Et enrichissez votre alimentation en fibres pour stabiliser la glycémie : courge, citrouille, céleri, endive, pomme, orange.

Ça tombe bien, c’est la saison !

 

proposé par Christiane Delabre

Rédigé par UCY

Publié dans #Santé-alimentation -

Repost 0
Commenter cet article

JGD 11/02/2016 09:27

Merci pour ces conseils pleins de bons sens. Et ça marche !