L’argent Roi

Publié le 21 Octobre 2015

 

Le journal du yoga

Octobre 2015 - N° 165

 

D’après un article de Julien Lorenz et Marc-Alain Descamps

 

La richesse est intérieure, nous dit le yoga. 

Mais quid de notre rapport à l’argent ?

 

L’argent est une invention des hommes, qui a pris son indépendance et maintenant l’argent Roi gouverne le monde. Il a commencé en effet comme instrument d’échange mais est devenu un cauchemar qui a envahi l’humanité et la dirige. Individuellement que pouvons-nous faire de l’argent ? Si on en a, on vit, si on n’en a pas, on ne peut que survivre.

 

Il ne faut pas le laisser nous posséder. Malheureusement l’humanité a capitulé devant l’argent et a inventé un système économique qui est le libéralisme avancé : l’argent va à l’argent et aux multinationales de l’argent ; les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Toutes les nations vivent à crédit sur une dette souveraine qui est couverte par les banques qui s’assurent entre elles : c’est la finance qui gouverne le monde avec le jeu des bourses et des spéculateurs.

Heureusement se constitue un second système mondial par un retour à l’échange, avec des sites de troc et d’échange, le développement durable, le tourisme équitable, les microcrédits et l’alter mondialisme.

 

Et l’argent dans le yoga ? En Inde, la tradition, est le désintéressement et le dévouement ; les sannyasins ne possèdent rien en dehors de leur bol à aumône et sont des itinérants. En Europe, l’enseignement des postures ne permet pas de faire fortune, juste de vivre. Les enseignants doivent faire payer leurs cours car dans l’esprit du public, comme l’argent est la mesure de la valeur, ce qui est gratuit ne vaut rien. Le yoga est un idéal et un idéal ne s’achète pas ; on ne peut pas acheter les valeurs. Le yoga n’est pas contre l’argent ; il est au-dessus ; il se situe au-delà dans la Valeur et l’Idéal. Il se transmet ainsi fidèlement, de génération en génération depuis 5 000 ans.

« Un jour, j’ai décidé que je ne manquerais jamais de rien parce que j’ai décidé de pratiquer santhosa, le contentement de ce qui m’est offert par l’univers. La vie est abondance ». Monica Bertauld - Directrice du centre de yoga Iyengar de Chatou.

 

Proposé par Christiane Delabre.

Rédigé par UCY

Publié dans #Spiritualité-philosophie, #YOGA

Repost 0
Commenter cet article