L’ORTIE, à la bonne herbe

Publié le 30 Avril 2015

Plantes et Santé

N° 156 – Avril 2015

 

D’après un article de Sophie BARTCZAK.

Reine des mauvaises herbes, l’ortie revient aujourd’hui dans nos assiettes. Antioxydant remarquable, elle possède une exceptionnelle richesse en chlorophylle, protéines, vitamines et sels minéraux qui en fait l’aliment revitalisant et tonique du printemps par excellence.

Avant d’être une mauvaise herbe, l’ortie était un légume à part entière et figurait déjà il y a 2000 ans dans une soixantaine de recettes du naturaliste romain Pline l’Ancien. Cultivée dans les jardins jusqu’au XIXème siècle, elle fut peu à peu chassée de nos assiettes avec l’arrivée des légumes rapportés des colonies. Elle devint alors synonyme de pauvreté, car cuisinée seulement en période de disette.

Aujourd’hui, ce patrimoine culinaire fait son grand retour dans nos menus, aussi bien pour ses vertus santé que pour sa saveur.

…/…

Super aliment….teneur exceptionnelle en vitamines B1, B2 mais aussi en phosphore, bore, manganèse, zinc, cuivre, magnésium, potassium, calcium et fer, sans oublier une exceptionnelle richesse en protéine.

…/…

Antifatigue hors pair. Pour profiter de ses vertus régénérantes, équilibrantes et adaptogènes (régulation du stress) Bernard Bertrand conseille de la consommer crue en cure de deux ou trois semaines.

…/…

La façon la plus simple de la consommer est la soupe : faire bouillir deux ou trois pommes de terre et 1 oignon dans un demi-litre d’eau et ajouter des orties fraiches deux minutes avant de mixer.

 

Comment la cueillir

Quand ? En dehors des périodes de gel, on trouve la grande ortie durant toute l’année car elle repousse régulièrement lorsqu’elle est fauchée. Choisissez les orties tendres et jeunes avant la floraison (ensuite elles sont plus dures) et ne prenez que les 4 ou 5 feuilles du haut, sauf au printemps.

Où ? Soyez prudent, l’ortie est une plante dépolluante. Evitez les zones agricoles non bio, les tas de fumiers, les bords des routes et des fossés. Préférez les zones humides proches des cours d’eau. Le mieux : l’inviter dans son jardin !

Sans se piquer ! Le meilleur moyen est de porter des gants. A défaut, cueillez les orties par le bas des feuilles avec un papier ou un mouchoir, ou coupez le bouquet de feuilles terminales avec des ciseaux. Lorsqu’il a plu, les orties mouillées piquent moins. Si vous vous piquez, prenez une feuille de plantain pressée et frottez pour soulager.

 

“Si tu as de l’insomnie, prends un bouillon d’ortie” 

(dicton populaire)

Proposé par Catherine Poulain Bourdichon

 

Pour aller plus loin :

Retrouvez la totalité de l’article et des recettes dans le journal Plantes et Santé du mois d’avril 2015 disponible à la Bibliothèque de l’UCY.

 

Rédigé par UCY

Publié dans #Santé-alimentation -

Repost 0
Commenter cet article